L’autisme est un trouble sévère et précoce du développement de l’enfant apparaissant avant l’âge de trois ans. Il est caractérisé par un isolement, une perturbation des interactions sociales, des troubles du langage, de la communication non verbale et des activités stéréotypées avec restriction des intérêts.

L’autisme n’est plus considéré comme une affection psychologique, il correspond à une véritable pathologie neuro-développementale liée à des anomalies du développement du système nerveux central.

L’autisme passe souvent inaperçu dans la petite enfance, c’est généralement avec l’entrée en société (crèche, école, garderie) que les manifestations sont flagrantes, par les difficultés d’interaction sociale, problèmes de communication verbale et non verbale, et comportement répétitifs ou centres d’intérêts restreints, voire obsessionnels. Ces comportements ont des répercutions qui vont du stade bénin au stade handicapant.

L’autisme se caractérise essentiellement par une interaction sociale déficiente. Les parents sont généralement les premiers à déceler les symptômes de l’autisme chez leur enfant. Déjà au stade de nourrisson, un bébé atteint d’autisme peut ne pas réagir aux autres, ou se concentrer très attentivement sur un centre d’intérêt à l’exclusion des autres pendant de très longues périodes. Un enfant autiste peut sembler se développer normalement pour se replier ensuite et devenir indifférent à tout contact social. De nombreux enfants autistes affichent une sensibilité réduite à la douleur, mais sont anormalement sensibles aux sensations comme le son, le toucher ou d’autres stimulations sensorielles. Ces sensibilités inhabituelles peuvent se traduire par des symptômes comportementaux comme une résistance au fait d’être câliné ou pris dans les bras (US Natinal Institute of Mental Health)

L’autisme est un trouble du développement d’origine neurobiologique dont le diagnostic se fait sur la base de caractéristiques du comportement et du développement. La notion de spectre des désordres autistiques intègre à la fois des tableaux cliniques bien caractérisés et des tableaux plus atypiques, du fait, d’une part, de la variabilité des symptômes dans leur sévérité ou l’âge de leur apparition, et d’autre part, de l’association avec d’autres troubles (retard du développement intellectuel, épilepsie par exemple). Les manifestations de l’autisme peuvent varier d’un enfant à l’autre et chez un même enfant dans le temps.

Aujourd’hui on parle plus de TSA (Troubles du Spectre Autistique). Parmi les autres TSA figurent le Syndrome d’Asperger de l’X fragile, le syndrome de Landau-Kleffner, le syndrome de Rett, le trouble désingratif de l’enfance, et les TED-NOS (troubles envahissants du développement non spécifiés). Des recherches récentes montrent que de nombreuses personnes présentant un comportement autistique ont des troubles liés mais distincts.

Les TSA (Troubles du Spectre Autistique) ne se guérissent pas. Pour beaucoup d’enfants, les symptômes s’améliorent avec le traitement et l’âge. En grandissant, certains enfants atteints d’autisme finissent par mener une vie normale ou quasi-normale. Les thérapies et les interventions comportementales peuvent cibler des symptômes spécifiques et apporter des améliorations considérables. Contrairement à ce qui c’est passait il y a vingt ans, où de nombreux autistes étaient placés en institutions, il existe désormais des solutions plus souples. En général, seuls les individus les plus gravement atteints vivent dans des institutions.

Les outils existants de diagnostic précoce :
- Autism Diagnostic Observation Schedule (ADOS)
- Autism Diagnostic Interview-Revised (ADI-R)
- Checklist for Autism in Toddlers (CHAT)
- M-CHAT (outil de dépistage pour une détection précoce de l’autisme)
- CHAT 23 (outil de dépistage modifié de l’autisme pour les enfants chinois)
- Childhood Autism Rating Scale (CARS)
- Diagnostic and Statistical Manual, vol IV (DSM-IV)
- Classification internationale des maladies – 10e édition (CIM-10) de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé)

La problématique actuelle de l’autisme se situe à trois niveaux : le diagnostic, la prise en charge et la thérapeutique ainsi que la recherche.
Les travaux dans le domaine éducatif et pédagogique constituent aujourd’hui des pistes d’intérêt majeur et nécessitent le développement de stratégies d’évaluations standardisées permettant de conclure clairement à l’adéquation de leur application dans un programme de prise en charge globale des personnes autistes.
Concernant la prise en charge de l’autisme, l’unanimité existe sur l’insuffisance quantitative et qualitative des moyens disponibles. Il existe actuellement très peu de centres adaptés à la problématique très spécifique de la prise en charge de l’autisme. Les manques concernent aussi bien le tout jeune enfant autiste qui vient d’avoir son diagnostic, les enfants d’âge scolaire ou que les adultes. L’autisme est une pathologie globale du développement de l’enfant avec des déficits dans différents domaines cognitifs. Il est donc important de favoriser une prise en charge globale qui aura pour objectif le développement de différents domaines d’acquisitions (compétences sociales, langage, communication non verbale, reconnaissance d’autrui, acquisition de l’autonomie). Ceci est indispensable afin de permettre une intégration sociale et scolaire et passe par la mise en place d’une prise en charge précoce individualisée et pluridisciplinaire, adaptée aux compétences de l’Enfant (orthophonie, psychomotricité, pédagogie) avec un encadrement renforcé et structuré.

SOURCE : mouvement Vaincre l’autisme

L’autisme expliqué sous forme de bande dessinée

(voir article complet dans le site)

Leave a Reply





*


+ trois = 5

Featuring Recent Posts WordPress Widget development by YD