Une étude a examiné la prévalence et la chronicité des problèmes de sommeil chez les enfants qui manifestent des problèmes supposés être typique des troubles du spectre autistique (TSA).

En utilisant les données d’une étude longitudinale de la population totale, les symptômes de TSA, l’insomnie et facteurs explicatifs potentiels ont été évalués à l’âge de 7-9 et 11-13 ans. Les enfants ont été inclus dans un groupe défini comme ayant des problèmes du spectre autistique (TSA) s’ils ont  dépassé un seuil strict sur ​​le Questionnaire de dépistage du spectre autistique (ASSQ).

Vingt-huit (0,8%) de 3700 enfants ont satisfait aux critères sélectionnés pour le TSA à deux vagues, et la prévalence de l’insomnie chronique était plus de dix fois plus élevé chez ces enfants par rapport aux  enfants du groupe contrôle.

Les enfants avec TSA ayant développé plus de troubles du sommeil au fil du temps, avec un taux d’incidence de 2 à 37,5% comparativement au 8,6% chez le groupe témoins.

Les problèmes de sommeil étaient plus persistants au fil du temps, avec un taux de rémission de 8,3% par rapport à 52,4% chez le groupe témoin.
Le TSA était un fort prédicteur de problèmes de sommeil (OR = 12,44), et alors que les problèmes émotionnels et comportementaux ont expliqué une grande partie de cette association, les effets du TSA sur l’insomnie sont demeurés significatifs dans le modèle pleinement ajusté (OR = 3,25).

Ces résultats appellent à une sensibilisation accrue des problèmes de sommeil chez les enfants avec TSA.

Étude réalisée par des norvégiens et des suédois : Børge Sivertsen, Maj-Britt Posserud, Christopher Gillberg, Astri J Lundervold et Mari Hysing.

Leave a Reply





*


9 − six =

Featuring Recent Posts WordPress Widget development by YD