Afin de contribuer à la connaissance de l´autisme par le grand public, la Fundación Orange Espagne a produit Le Voyage de Maria, un court métrage autobiographique d´animation réalisé par le dessinateur espagnol Miguel Gallardo, père de Maria, une fille avec autisme.

 » Quand Maria est avec nous, elle fait du monde un endroit meilleur ”, affirme Miguel Gallardo dans Le Voyage de Maria, une petite escapade dans le monde intérieur d´une adolescente avec autisme, un voyage plein de couleur, d’amour, de créativité et d’originalité, qui commence avec la prise de conscience des parents qui voient leur fille se comporter de façon différente jusqu’a la confirmation du diagnostic: autisme. L´idée, déclare Miguel Gallardo, était « d’essayer de pénétrer dans le monde de Maria pour tenter de comprendre et visualiser les choses qui la perturbent dans notre monde, les choses qui lui plaisent, qui lui font sourire, et de capturer un petit morceau de sa planète tel que je l´imagine, d´une manière fluide, amusante et compréhensible même par le public qui connaît moins ce trouble ».

Le court métrage, affirme son auteur, « n´est pas une œuvre sur l´autisme, mais sur l´amour, la relation entre un père et sa fille qui, malgré les difficultés de communication, se transmettent haut et clair leur message d´amour. »

Le Voyage de Maria aspire toucher le public en général et à lancer un message optimiste pour les parents et les familles des personnes avec autisme. « Certaines personnes penseront qu’´il s´agit d´un message édulcoré ou politiquement correct », affirme Miguel Gallardo, « mais ce n´est pas ce que je veux transmettre, pour moi c´est la vérité, je n´arrive pas à énumérer toutes les innombrables choses que j´ai apprises avec et grâce à Maria. Je ne voudrais pas que tous les parents partagent mon point de vue ni mes idées, mais je voudrais leur transmettre qu’´ils ne s´installent pas dans la douleur et la souffrance, mais qu’´ils continuent à aller vers l´avant. Je sais que certaines fois il est très difficile de voir la lumière à la fin du chemin, mais elle existe. Cette lumière permet à nos enfants de grandir avec nous. Chaque réussite, même petite, comme se mettre les chaussons, est un miracle et nous devrions le considérer ainsi. »

Ce court métrage arrive après le succès obtenu en Espagne par le livre BD, « Maria y yo », que Miguel Gallardo a publié il y a trois ans sur un séjour de vacances avec sa fille.

Le livre est ensuite devenu un film documentaire, sorti dans les salles de cinéma espagnoles cet été.

SOURCE : le Blog de la Fondation Orange

Leave a Reply





*


cinq − = 4

Featuring Recent Posts WordPress Widget development by YD