Des chercheurs donnent une nouvelle piste de solution pour expliquer l’apparition du trouble du spectre de l’autisme (TSA).

Pour l’étude, les chercheurs ont recruté 80 enfants âgés de 2 à 4 ans, incluant 49 qui avaient reçu un diagnostic de TSA, et 30 qui se développaient normalement. Ils ont mesuré le niveau de plasma sanguin dans de nombreuses molécules et ont réalisé des évaluations comportementales.
Les chercheurs ont découvert pour la première fois que

le niveau de deux molécules spécifiques était beaucoup plus bas chez les enfants avec un TSA.

Ces molécules agissent en quelque sorte comme une « colle » permettant aux cellules sanguines de bien adhérer ensemble.

Lorsque cette adhésion ne se fait pas bien, le développement du cerveau et la communication entre les cellules nerveuses pourraient être compromis,

croient les scientifiques.

« Ces données sur la réduction de l’adhérence des cellules sanguines en rapport avec l’autisme sont intéressantes au point de vue génétique », a affirmé le Dr John Kristal, un éditeur du journal Biological Psychiatry, où les résultats ont été publiés.

« Notre champ de recherche continue à explorer les tests sanguins, afin de faciliter le diagnostic et le processus de traitement », a-t-il ajouté, selon PsychCentral.

Source : http://fr.canoe.ca/sante/archives/2012/12/20121213-104820.html

Leave a Reply





*


− six = 1

Featuring Recent Posts WordPress Widget development by YD