Alors qu’en Italie tous les enfants autistes sont scolarisés dans une classe ordinaire, ils sont à peine 20% en France. Un retard considérable, faute de méthodes éducatives adaptées et de personnel qualifié.

Mars 2004 : la France est condamnée par le Conseil de l’Europe pour non-respect de ses obligations en matière d’accès à l’éducation des personnes autistes.

Décembre 2007 : le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) qualifie de « dramatique » la situation des autistes, et précise:

La scolarisation doit cesser d’être fictive et de se réduire à une inscription: elle doit pouvoir être réalisée dans l’école proche du domicile, ou, si l’état de l’enfant le nécessite, dans une structure de prise en charge éducative adaptée proche du domicile.

Depuis, pas grand-chose, peu de progrès, en dépit de la loi de 2005 censée renforcer l’accueil des enfants handicapés par l’Éducation nationale. A l’époque, 64% des enfants autistes n’avaient accès à aucune forme d’apprentissage. D’après le collectif Autisme (qui regroupe cinq associations et fédération de familles concernées), « on en dénombre toujours plus de 50% aujourd’hui ».

20% des enfants autistes scolarisés

Un tiers des 80 à 90 000 enfants atteints de troubles autistiques sont accueillis dans des instituts médico-éducatifs, en hôpital de jour ou dans une école spécialisée. Moins de 20% (environ 11 500 enfants) sont scolarisés en milieu ordinaire, la plupart du temps quelques heures par semaine seulement, et à la condition d’être accompagné d’une assistante de vie scolaire. Des résultats bien loin de ceux de l’Italie où tous les enfants autistes sont accueillis dans des classes ordinaires depuis 1992.

Comment expliquer ce retard français? Quelques exemples ailleurs en Europe montrent pourtant que la scolarisation à grande échelle des enfants autistes est possible. Si plusieurs conditions sont remplies:

Des méthodes éducatives adaptées

Le Collectif autisme à 2 000 le nombre de petits Français « exilés » en Belgique, « pour beaucoup dans des établissements spécialisés leur permettant d’être scolarisés ». Une des principales raison invoquées:

une prise en charge pragmatique et précoce axée sur des méthodes éducatives comportementales, cognitives ou développementales.

Ces méthodes éducatives mises au point à l’attention des personnes autistes ont d’abord été développées dans les pays anglo-saxons et sont aujourd’hui largement employées aux États-Unis, au Canada, en Grande-Bretagne ou encore dans les pays scandinaves. Les plus connues sont la méthode TEACCH [en français : traitement et éducation des enfants avec autisme et autres handicaps de la communication] et ABA. Elles sont généralement refusées par les pédopsychiatres français.

En France, l’approche psychanalytique de l’autisme, cette vision archaïque qui consiste à expliquer l’autisme par une relation dégradée entre la mère et l’enfant, a perduré jusqu’à aujourd’hui,

dénonce le Collectif autisme.

Ce n’est en effet qu’en 2010 que la Haute Autorité de Santé (HAS) reconnait l’autisme comme un « trouble envahissant du développement », et non plus comme une psychose enfantine.

Il n’y a que dans notre pays que la psychologie est reconnue comme une méthode de prise en charge de l’autisme. Avec pour conséquence un retard considérable,

insiste Michel Favre, le président de Pro Aid Autisme. « Pourtant, lorsque l’on emploie les méthodes adaptées, les progrès sont considérables ». Il poursuit: « le plan autisme 2008 – 2010 a reconnu qu’il puisse exister des programmes éducatifs dans les écoles des autres pays européens. Mais, ils sont encore considérés comme des « méthodes innovantes » qu’il faut évaluer [pendant cinq ans] dans des classes pilotes alors qu’ils ont déjà largement faits leurs preuves ». Seule une vingtaine de projets expérimentaux, qui ne concernent qu’un petit nombre d’enfants, ont pour l’heure été validés.

Des modes de prise en charge diversifiés.

En Espagne, des spécialistes déterminent, après examen, quel type de scolarisation est le mieux adapté à l’enfant autiste: selon le diagnostic, il doit aller dans un centre spécialisé (il en existe spécifiquement créés pour les enfants autistes), bénéficie d’une scolarisation « ordinaire » ou bien d’une « scolarisation ordinaire avec soutien spécial ».

Dans ce dernier cas, il recevra l’aide ponctuelle de spécialistes que ce soit pour ses déplacements, sa formation ou pour toute autre activité pour laquelle il a besoin d’aide. Les associations se plaignent toutefois du manque de moyens alloués, notamment en matériel scolaire.

En Grande-Bretagne aussi les parents peuvent choisir entre différents modes de scolarisation : écoles spécialisées, classes spécialisées, classes ordinaires avec soutien spécifique.

Ainsi, alors qu’en France la plupart des enfants autistes ne bénéficient d’aucune forme de scolarisation, la difficulté rencontrée en Grande-Bretagne par les parents est plutôt celle du choix d’une école parmi les différentes propositions qui leur sont faites. Ce simple constat permet de mesurer la différence qui existe en matière de scolarisation des enfants autistes au sein de ces deux pays,

écrivent les auteurs d’une étude de 2006 réalisée pour Autistes sans frontière.

La scolarisation en école spécialisée n’est toutefois pas automatique et les parents doivent parfois affronter les autorités scolaires jusqu’au tribunal pour y parvenir et obtenir un soutien financier. Par ailleurs, 50% des parents estiment que leur enfant autiste ne dispose pas d’une éducation appropriée.

La National Autistic Society, la plus importante association britannique, souhaiterait également que l’ensemble du personnel enseignant reçoive une formation relative à l’autisme, puisque tout enseignant est susceptible d’accueillir un enfant autiste dans sa classe.

Du personnel qualifié

En Italie, tous les enfants autistes sont scolarisés dans les classes ordinaires des établissements scolaires ordinaires jusqu’à 16 ou 18 ans. Depuis 1992. « Les écoles n’ont pas le droit de refuser les enfants autistes dans leurs bâtiments ; elles doivent se doter des ressources humaines et technologiques favorisant leur insertion et leur apprentissage », précise le Collectif autisme.

Le modèle est, de toute façon, très incitatif puisque la classe qui accueille un enfant autiste voit son effectif divisé par deux. L’enseignant est plus automatiquement assisté d’un enseignant de soutien.

En France, les auxilliaires de vie scolaire, qui accompagnent les enfants scolarisés en milieu ordinaire sont souvent « des jeunes précaires et sans formation », assure Michel Favre. « Trois heures en moyenne seulement sont consacrées à l’autisme » lors de la formation des AVS, précise le Collectif autisme. Ils sont de toute façon trop peu nombreux. Par ailleurs, seuls une centaine de personnes sont formées chaque année aux traitement éducatifs adaptés. Quand 8 000 enfants autistes naissent chaque année.

Par Damien Dubuc (Paris), Gaëlle Lucas (Madrid), Tristan de Bourbon (Londres) et Jean-Sébastien Lefebvre (Bruxelles).

Source : site MyEurope.info

Leave a Reply





*


2 + neuf =

Featuring Recent Posts WordPress Widget development by YD